La thalassophobie est une peur de l’océan ou d’autres grandes étendues d’eau. Cette phobie peut empêcher les gens de se rendre à la plage, de nager dans la mer ou de voyager en bateau.

La thalassophobie peut provoquer des symptômes allant de légers à graves – certaines personnes peuvent avoir légèrement peur des eaux profondes ou de l’océan, tandis que d’autres peuvent trouver que regarder la mer ou des images de celle-ci déclenche des sentiments de panique.

Cet article explore ce qu’est la thalassophobie, ses signes et symptômes, ses causes potentielles et ses traitements.

Qu’est-ce que la thalassophobie ?

Les phobies sont un type de trouble anxieux. Le mot « thalassophobie » fait référence à la peur de l’océan ou d’autres grandes étendues d’eau profondes.

Une personne souffrant de thalassophobie peut avoir peur de l’immensité ou du vide de l’océan, des créatures marines présentes dans l’eau, ou des deux.

La thalassophobie est différente de l’aquaphobie, qui est une peur de l’eau elle-même. L’aquaphobie peut inclure la peur d’être dans n’importe quelle étendue d’eau, même petite.

La thalassophobie est-elle fréquente ?

Les phobies sont très courantes. Selon les critères de diagnostic professionnels, environ 7 à 9 % des personnes aux États-Unis souffrent d’une phobie spécifique au cours d’une année donnée.

Cependant, il n’existe aucune estimation du nombre de personnes vivant avec une thalassophobie spécifique.

Signes de la thalassophobie

Une personne atteinte de thalassophobie éprouve des sentiments de peur et d’anxiété à l’égard de la mer ou d’une autre grande étendue d’eau qui ne correspondent pas au niveau de danger que l’eau représente pour elle à ce moment-là.

Une personne souffrant de thalassophobie peut avoir peur de :

    Vous pouvez être intéressé :
  • d’être près de l’océan
  • d’aller dans l’océan
  • de visiter des plages
  • de voyager en bateau

Dans les cas graves, les symptômes peuvent être déclenchés par des images ou des pensées de l’océan ou d’autres étendues d’eau profondes.

L’anxiété provoquée par la thalassophobie active la réaction de « combat, fuite ou congélation », qui est la façon dont le corps se prépare au danger. Cette réaction produit des symptômes physiques, tels que la transpiration, une respiration plus rapide et un rythme cardiaque élevé.

Dans les cas les plus graves, cette réaction se transforme en une attaque de panique, qui peut entraîner les symptômes suivants

  • des étourdissements
  • une respiration rapide ou une hyperventilation
  • des palpitations cardiaques
  • des tremblements ou des secousses
  • la transpiration
  • la sensation d’étouffement
  • des nausées, avec ou sans vomissements.

Pendant une crise de panique, une personne peut avoir l’impression de s’évanouir, de perdre le contrôle ou de mourir. Cependant, même si elles peuvent sembler très graves, les crises de panique ne sont pas dangereuses en soi.

Les personnes atteintes de thalassophobie peuvent également se sentir dissociées lorsqu’elles éprouvent des symptômes. La dissociation est un sentiment de déconnexion du corps ou de la situation actuelle.

Le stress résultant de la thalassophobie peut amener une personne à éviter toute situation susceptible de déclencher les symptômes.

Causes

Parfois, une personne développe une phobie après un événement traumatique. Le traumatisme est une réponse à un stress extrême, qui peut provenir de :

  • l’expérience directe de quelque chose de dangereux ou d’angoissant
  • le fait d’être témoin d’un événement traumatisant pour quelqu’un d’autre
  • la transmission d’informations, telles que des reportages ou des films
  • d’une attaque de panique inattendue, qui peut entraîner une peur de la situation ou du lieu où l’attaque s’est produite.

Les personnes souffrant de thalassophobie peuvent avoir eu des expériences négatives avec l’océan dans leur enfance ou s’être senties en danger en apprenant à nager. Elles peuvent aussi avoir eu peur de la mer après avoir vu la couverture médiatique d’un événement tel qu’une attaque de requin ou un tsunami.

Il est fréquent que les personnes ne se souviennent pas d’un événement spécifique qui a déclenché leur phobie. Les phobies spécifiques, comme la thalassophobie, se développent souvent dans la petite enfance, ce qui peut rendre difficile le souvenir de la cause initiale.

Les phobies peuvent également se développer à l’âge adulte.

Diagnostic

Vous pouvez être intéressé :

Les psychiatres et les psychologues utilisent les critères du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5e édition – communément appelé DSM-5 – pour diagnostiquer les phobies telles que la thalassophobie. Une personne peut souffrir d’une phobie si elle :

  • ressent une anxiété importante à propos d’un objet ou d’une situation
  • ressent presque toujours une anxiété immédiate lorsqu’elle est confrontée à cet objet ou à cette situation
  • évite activement l’objet ou la situation pour faire face à son anxiété
  • éprouve une anxiété disproportionnée par rapport à la menace que l’objet ou la situation représente
  • présentent ces symptômes depuis 6 mois ou plus
  • n’ont pas d’autres problèmes de santé mentale qui pourraient expliquer leur peur.

Traitement

Le traitement de la phobie passe généralement par une thérapie. Une personne souffrant de thalassophobie peut bénéficier de plusieurs types de thérapies, dont les suivantes :

La thérapie cognitivo-comportementale

Lathérapie cognitivo-comportementale (TCC) est un type de thérapie par la parole. L’objectif est d’aider une personne à remettre en question ses pensées et croyances inutiles afin de réduire l’anxiété qu’elles provoquent.

Par exemple, dans le cadre d’une séance de TCC pour la thalassophobie, un thérapeute peut aider une personne à apprendre à identifier ses pensées anxieuses concernant l’océan et à comprendre comment ces pensées affectent ses émotions, ses symptômes physiques et son comportement.

Avec le temps, la TCC peut aider les personnes à se demander si leurs schémas de pensée ou de comportement sont utiles, réalistes ou appropriés à la situation actuelle. Cela peut aider la personne à modifier ses réponses à un déclencheur de phobie, réduisant ainsi son anxiété.

Une personne peut également bénéficier de la thérapie de traitement cognitif, qui est similaire et conçue spécifiquement pour les personnes ayant subi un traumatisme.

Thérapie par l’exposition

La thérapie d’exposition consiste à mettre la personne en contact étroit avec les choses ou les situations qui l’effraient. Parfois, ce contact est simulé ou imaginé.

L’objectif peut être de prouver que quelque chose n’est pas dangereux ou moins dangereux que ce que la personne croit. La thérapie d’exposition peut également aider une personne à se sentir plus confiante dans sa capacité à faire face, si elle est confrontée à la situation qui lui fait peur.

Pendant la thérapie d’exposition, le thérapeute aide la personne à affronter sa peur dans un environnement sûr et contrôlé. Cela peut se faire de plusieurs manières :

  • Exposition in vivo : elle implique un contact direct avec le déclencheur de la phobie.
  • Exposition imaginaire : la personne imagine l’objet ou la situation qu’elle craint en détail. Une personne souffrant de thalassophobie peut penser à l’océan ou le décrire pendant ces séances.
  • L’exposition à la réalité virtuelle : elle consiste à utiliser la technologie pour simuler l’expérience d’un objet ou d’une situation particulière. Les thérapeutes peuvent utiliser cette technique lorsqu’il n’est pas possible d’essayer l’exposition in vivo.

L’exposition graduelle implique une exposition très progressive au déclencheur de la phobie, tandis que l' »inondation » implique de commencer par les tâches les plus difficiles.

Médicaments

Les médicaments peuvent contribuer à réduire les symptômes d’anxiété et de peur, mais ils ne guérissent pas les phobies. Par exemple, les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine, communément appelés ISRS, sont un type d’antidépresseur que les médecins utilisent pour gérer l’anxiété.

Stratégies d’adaptation

Les phobies peuvent être perturbatrices et difficiles à gérer. Mais si une personne tombe inopinément sur un déclencheur de phobie, les techniques d’adaptation suivantes peuvent l’aider :

  • Exercices de respiration : Une respiration lente et régulière peut aider à stopper l’hyperventilation et permettre de revenir à un état plus calme. Lorsque l’anxiété commence à monter, essayez d’expirer en faisant de longues et lentes respirations. Ou bien, essayez la respiration 4-7-8.
  • La pleine conscience : Cette technique consiste à rester dans le moment présent, et elle peut réduire la tension si une personne s’inquiète de quelque chose qui s’est déjà produit ou qui pourrait se produire. Pour ce faire, on peut observer et se concentrer sur sa respiration, ses sensations physiques ou son environnement.
  • La distraction : Se concentrer sur autre chose peut être une solution temporaire à l’anxiété. Il peut être utile de parler avec un ami ou un membre de la famille, de regarder une vidéo ou d’écouter de la musique.
  • Compassion envers soi-même : Si une personne éprouve de l’anxiété de façon inattendue, elle peut se sentir gênée ou avoir l’impression d’avoir échoué. Mais il n’est pas toujours possible de prévenir les émotions négatives, et il est normal d’avoir de bonnes et de mauvaises journées. Faire preuve d’autocompassion peut atténuer le stress qu’une personne ressent à cause de son anxiété.

Quand demander de l’aide

Si la thalassophobie provoque une détresse importante ou interfère avec le travail et la vie quotidienne, une aide est disponible. Un médecin ou un thérapeute peut fournir des conseils ou un traitement.

Si une personne n’a pas d’assurance maladie, des solutions peu coûteuses ou gratuites peuvent être proposées. Certains thérapeutes proposent des tarifs dégressifs, par exemple.

Découvrez comment trouver une thérapie gratuite en ligne.

Résumé

La thalassophobie est une peur de l’océan ou d’autres grandes étendues d’eau. Elle peut découler d’un événement traumatisant survenu dans l’enfance, qu’une personne peut avoir vécu directement, vu, éventuellement à l’écran, ou dont elle a entendu parler.

Plusieurs types de thérapie, dont la TCC et la thérapie d’exposition, peuvent aider à réduire l’impact des phobies. À plus court terme, des stratégies d’adaptation telles que les exercices de respiration, l’autocompassion et la pleine conscience peuvent aider les personnes à gérer l’anxiété lorsqu’elle se manifeste.