Le liquide amniotique soutient le développement du fœtus dans l’utérus pendant la grossesse. Parfois, les niveaux de ce liquide sont trop bas, mais une personne peut les augmenter en prenant certaines mesures.

Les bons niveaux de liquide amniotique sont essentiels, car ce liquide aide à protéger le fœtus et à réguler la température ambiante.

Le liquide amniotique permet également d’éviter tout écrasement du cordon ombilical, qui pourrait priver le fœtus de nourriture et d’oxygène.

Nous examinons comment augmenter le liquide amniotique pendant la grossesse, ainsi que les risques liés à des niveaux très élevés ou faibles.

Augmenter le niveau de liquide amniotique

Les niveaux de liquide amniotique varient au cours des différentes étapes de la grossesse.

Entre la 32e et la 34e semaine, le volume du liquide amniotique peut atteindre 800 millilitres (ml) ou plus. À partir de la 34e semaine et jusqu’à l’accouchement, le liquide diminue jusqu’à environ 400 ml.

Les médecins utilisent une échelle appelée indice du liquide amniotique (IMA) pour vérifier le bon niveau de liquide amniotique.

Les mesures de l’IFA sont exprimées en centimètres (cm). Un score AFI typique se situe entre 5 et 25 cm. Un indice AFI inférieur à 5 cm est trop faible, et les médecins parlent d’oligohydramnios.

Si une femme enceinte présente un faible taux de liquide amniotique, elle peut travailler avec son équipe soignante pour remédier à la situation.

Dans certains cas, boire plus d’eau peut aider à augmenter les niveaux. Dans d’autres cas, un médecin peut recommander des traitements médicaux.

Un médecin suggérera également des examens plus fréquents pour surveiller attentivement les niveaux de liquide amniotique et s’assurer que le traitement est efficace.

Comment augmenter le liquide amniotique

Voici quelques suggestions pour augmenter le taux de liquide amniotique :

Augmenter la consommation d’eau

Vous pouvez être intéressé :

Si les femmes ont des niveaux de liquide amniotique légèrement inférieurs à la normale, elles peuvent être en mesure d’augmenter leurs niveaux en buvant plus d’eau.

En 2002, une analyse plus ancienne a examiné quatre études portant sur 122 femmes enceintes. Elle a révélé que les femmes qui augmentaient leur consommation d’eau, d’environ 2 litres en 2 heures, ou qui recevaient du liquide par voie intraveineuse, voyaient leur taux de liquide amniotique augmenter.

Les chercheurs ont besoin de plus de preuves pour savoir si l’augmentation du liquide amniotique de cette manière améliore la santé du fœtus.

Supplémentation

Une étude de 2016 a examiné l’utilisation de la supplémentation en L-arginine pour traiter l’oligohydramnios lorsque les niveaux de liquide amniotique sont très bas.

Dans l’étude, 100 femmes enceintes ayant reçu un diagnostic d’oligohydramnios ont pris des sachets de 3 grammes de L-arginine, trois fois par jour, jusqu’à ce qu’une augmentation des niveaux de liquide amniotique se produise.

L’étude a conclu que la L-arginine peut aider à traiter l’oligohydramnios en augmentant les niveaux de liquide amniotique. Les avantages comprennent l’allongement de la durée de la grossesse et la diminution du risque de complications.

Repos

Un médecin peut conseiller aux femmes présentant un faible taux de liquide amniotique de rester au lit et de réduire leur activité physique.

Amnioinfusion

Le médecin peut traiter les faibles niveaux de liquide amniotique par un procédé appelé amnioinfusion.

Pour ce traitement, le médecin introduira une solution saline par le col de l’utérus dans le sac amniotique pour augmenter le niveau de liquide.

Accouchement précoce

Si le liquide amniotique descend trop bas pendant les derniers stades de la grossesse, les médecins peuvent suggérer un accouchement précoce. Le fait d’avancer le début du travail peut aider à prévenir toute complication potentielle pendant l’accouchement.

Des soins prénataux approfondis peuvent contribuer à garantir la bonne santé du bébé prématuré.

Niveau élevé ou faible de liquide amniotique

On parle d’oligohydramnios lorsque le niveau de liquide amniotique est très bas, et de polyhydramnios lorsque le niveau de liquide est extrêmement élevé.

Ces deux situations peuvent entraîner des complications :

Oligohydramnios

L’oligohydramnios est une condition dans laquelle une femme enceinte a trop peu de liquide amniotique. Les symptômes et les signes de l’oligohydramnios sont les suivants :

  • une fuite de liquide par le vagin
  • la femme ne prend pas assez de poids
  • le fœtus ne grandit pas aussi vite que la normale
  • une échographie montre un faible niveau de liquide amniotique
  • l’utérus est trop petit pour le stade de la grossesse.

Les médecins ne connaissent pas toujours les causes de l’oligohydramnios. Cependant, certaines causes comprennent

  • des problèmes de santé préexistants, comme l’hypertension artérielle et le diabète
  • certains médicaments, tels que les médicaments contre l’hypertension artérielle
  • une grossesse à terme se prolongeant 2 semaines ou plus après la date d’accouchement prévue
  • les handicaps congénitaux
  • Vous pouvez être intéressé :
  • rupture du sac amniotique après 37 semaines mais avant l’accouchement
  • la grossesse de vrais jumeaux qui partagent un placenta.

L’oligohydramnios est le plus fréquent au cours des trois derniers mois de la grossesse, appelés troisième trimestre.

Polyhydramnios

On parle de polyhydramnios, ou d’hydramnios, lorsque le niveau de liquide amniotique est trop élevé. L’hydramnios survient lorsque le liquide amniotique a du mal à quitter le corps ou que le corps en produit trop.

Si une femme enceinte souffre de diabète, cela peut provoquer un polyhydramnios.

D’autres causes sont dues au développement du fœtus.

L’hydramnios peut se produire si le fœtus présente l’une des caractéristiques suivantes :

  • problèmes de système nerveux central ou de chromosomes affectant la déglutition
  • insuffisance cardiaque
  • infection
  • problèmes digestifs, qui peuvent provoquer un blocage du liquide
  • handicaps congénitaux

Le polyhydramnios peut également survenir lorsque de vrais jumeaux partagent le même placenta.

Les symptômes du polyhydramnios sont les suivants :

  • une croissance anormalement rapide de l’utérus ou un gros utérus pour le stade de la grossesse
  • inconfort au niveau de l’estomac
  • contractions

Un polyhydramnios non traité peut entraîner des complications pour la femme enceinte et le fœtus en développement. Ces complications peuvent inclure un travail précoce ou des handicaps congénitaux.

Le traitement dépend de la cause et de la gravité de l’affection. Les options comprennent :

  • une surveillance attentive du niveau du liquide amniotique
  • l’insertion d’une aiguille dans le sac amniotique pour retirer le liquide
  • la prise de médicaments pour réduire la production d’urine du fœtus, qui augmente le volume de liquide amniotique
  • accouchement précoce si nécessaire.

Quand consulter un médecin

Les femmes doivent consulter leur médecin si elles remarquent des symptômes d’un niveau élevé ou faible de liquide amniotique.

Le médecin prendra connaissance des antécédents médicaux afin de vérifier l’absence de toute pathologie préexistante et procédera à un examen physique. Il utilisera des ultrasons et mesurera les quantités de liquide amniotique pour vérifier les niveaux.

Une fois que le médecin a vérifié les taux et trouvé les causes possibles, il peut décider des meilleures options de traitement.

Si une femme enceinte présente de faibles niveaux de liquide amniotique vers la fin d’une grossesse saine, elle n’aura peut-être pas besoin de traitement. Le médecin peut simplement effectuer des contrôles supplémentaires pour surveiller de plus près les niveaux, notamment des échographies plus fréquentes.

Résumé

Des niveaux corrects de liquide amniotique sont nécessaires pour assurer la sécurité et la santé du fœtus en développement.

Si une femme enceinte présente un niveau de liquide amniotique inférieur à la normale, elle ou son équipe soignante peuvent y remédier. Boire plus d’eau est un moyen simple d’augmenter le liquide amniotique, tandis que le repos et la diminution de l’exercice physique peuvent également aider.

Dans d’autres cas, une personne peut avoir besoin d’un traitement médical. Les interventions peuvent inclure l’administration de liquides par voie intraveineuse pour augmenter l’hydratation, ou l’insertion directe d’une solution saline dans le sac amniotique pour augmenter les fluides.

Si une personne présente des symptômes d’un niveau de liquide amniotique faible ou élevé, elle doit prendre rendez-vous avec son équipe médicale.

Les échographies peuvent aider à vérifier les niveaux de liquide amniotique. Une surveillance étroite et un traitement peuvent garantir la bonne santé de la femme enceinte et du fœtus.