Le don de sang contribue à sauver des vies, et les donneurs réguliers peuvent aider à répondre aux besoins vitaux en sang.

Plusieurs facteurs – comme les médicaments, l’état de santé et les voyages – influent sur la fréquence à laquelle les gens peuvent donner du sang.

Cet article examine la fréquence à laquelle une personne peut donner du sang et les cas où elle doit attendre avant de donner.

À quelle fréquence une personne peut-elle donner du sang ?

La fréquence à laquelle une personne peut donner son sang dépend du type de don qu’elle effectue. En effet, les différents composants du sang se renouvellent à des rythmes différents.

Par exemple :

  • Le don de sang total : Ce type de don fournit tous les composants du sang, y compris les globules rouges et blancs, les plaquettes et le plasma. Les personnes peuvent faire ce type de don une fois tous les 56 jours.
  • Le double don de globules rouges : Ce don permet de recueillir deux unités de globules rouges. Les donneurs peuvent faire ce type de don tous les 112 jours, jusqu’à trois fois par an.
  • Don de plaquettes : Les personnes peuvent donner des plaquettes tous les 7 jours, jusqu’à 24 fois par an.
  • Don de plasma : Les personnes peuvent donner du plasma tous les 28 jours, jusqu’à 13 fois par an.

Toutes les deux secondes, une personne aux États-Unis a besoin de sang, mais les réserves sont faibles en raison de la maladie COVID-19. Pour en savoir plus sur le don de sang et sur la façon dont vous pouvez aider, veuillez visiter notre centre dédié.

Vous pouvez être intéressé :

Médicaments

Si une personne prend certains médicaments, elle devra peut-être attendre avant de pouvoir donner certains types de sang.

Selon la Croix-Rouge américaine, certains médicaments peuvent avoir une incidence sur le don de sang :

  • L’aspirine : Les personnes peuvent avoir besoin d’attendre 2 jours après la dernière dose avant de fournir un don de plaquettes.
  • Antibiotiques : Les personnes qui prennent des antibiotiques pour traiter une infection bactérienne peuvent ne pas être en mesure de donner du sang. Cette mesure vise à réduire le risque de transmission de l’infection. Les personnes peuvent donner du sang le jour de leur dernière dose ou 10 jours après une dernière injection d’antibiotique.
  • Insuline bovine : Si une personne a utilisé de l’insuline bovine depuis 1980 pour traiter son diabète, elle ne pourra pas donner de sang. Cette insuline n’est plus disponible aux États-Unis.
  • Isotrétinoïne ou finastéride : Les personnes devront attendre 1 mois après la dernière dose avant de donner leur sang.
  • Dutastéride : Les personnes devront attendre 6 mois après la dernière dose avant de donner leur sang.
  • Anticoagulants : Les personnes devront attendre 2 à 7 jours après la dernière dose avant de donner leur sang, en fonction du type d’anticoagulant qu’elles ont pris.
  • Hormone de croissance dérivée de l’hypophyse humaine : Les personnes qui en prennent ne pourront donner du sang à aucun moment.
  • Thalidomide : les personnes devront attendre un mois après avoir pris ce médicament avant de donner du sang.
  • Mycophénolate mofétil : Les personnes devront attendre 6 semaines avant de pouvoir donner leur sang.
  • Acitrétine : Les personnes devront attendre 3 ans avant de donner leur sang.
  • Érétinate : Les personnes qui prennent ce médicament ne pourront à aucun moment donner leur sang.
  • Leflunomide, teriflunomide, vismodegib ou sonidegib : Les personnes devront attendre 2 ans pour donner du sang après avoir pris l’un de ces médicaments.
  • Immunoglobuline contre l’hépatite B : Les personnes devront attendre 12 mois après l’exposition à l’hépatite B pour donner du sang.

Les personnes qui prennent certains médicaments peuvent donner du sang total, mais elles doivent attendre avant de donner des plaquettes. Ces médicaments comprennent:

  • ticagrelor
  • prasugrel
  • piroxicam
  • clopidogrel
  • ticlopidine
  • vorapaxar

Les personnes qui ont récemment reçu certains vaccins peuvent devoir attendre avant de donner leur sang. Ces vaccinations comprennent:

  • Zostavax : Une personne devra attendre 4 semaines.
  • Vaccins contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle : Une personne devra attendre 4 semaines.
  • Vaccins contre la rougeole, la polio et la fièvre jaune : Une personne devra attendre 2 semaines.
  • Vaccination contre l’hépatite B : Une personne devra attendre 21 jours, à condition qu’elle n’ait pas été exposée à l’hépatite B pendant cette période.
  • Vaccin contre la variole : Une personne devra attendre 8 semaines.
  • Vous pouvez être intéressé :

Conditions médicales

Certains problèmes de santé influent sur la possibilité de donner du sang et sur la fréquence des dons. Il s’agit de minimiser le risque de transmission d’une infection à la personne qui reçoit le sang et le risque potentiel pour le donneur.

Les conditions médicales qui peuvent affecter le don de sang sont les suivantes :

  • Les troubles de la coagulation du sang : Les personnes ne seront pas en mesure de donner du sang, car elles risquent de présenter des saignements excessifs.
  • L’asthme : Les personnes peuvent donner leur sang si elles ne présentent aucun symptôme le jour du don.
  • Hypertension artérielle : Les personnes peuvent faire un don si leur tension artérielle systolique est inférieure à 180 et leur tension diastolique inférieure à 100.
  • Tension artérielle basse : Les personnes peuvent faire un don si elles se sentent bien et si leur tension artérielle systolique est d’au moins 90 et leur tension diastolique d’au moins 50.
  • Cancer : Les personnes qui ont eu un cancer du sang ne peuvent pas donner leur sang. Les personnes qui ont été traitées avec succès pour d’autres cancers peuvent donner leur sang 12 mois après le traitement.
  • Maladie cardiaque : Les personnes qui ont eu des problèmes cardiaques doivent attendre 6 mois avant de pouvoir donner leur sang. Certaines personnes peuvent ne pas être en mesure de donner du tout.
  • Hémochromatose : Les personnes atteintes de cette maladie ne pourront pas donner leur sang.
  • Hépatite ou jaunisse : Les personnes présentant des symptômes d’hépatite ou une jaunisse inexpliquée ne pourront pas donner leur sang.
  • VIH ou SIDA : Les personnes atteintes du sida, celles dont le test de dépistage du VIH s’est révélé positif ou celles qui risquent de contracter le VIH ne pourront pas donner leur sang.
  • Drépanocytose : Les personnes présentant un trait drépanocytaire peuvent donner du sang, mais celles qui sont atteintes de drépanocytose ne le pourront pas.

Si une personne a été exposée à l’hépatite, elle devra attendre avant de donner son sang. Les personnes qui ont consommé des médicaments en vente libre par voie intraveineuse ne peuvent pas non plus donner leur sang. Cela s’explique par le risque potentiel d’hépatite ou de VIH.

Certaines infections sexuellement transmissibles peuvent également avoir une incidence sur le moment où les personnes sont en mesure de donner leur sang. Les personnes qui ont été traitées pour la syphilis ou la gonorrhée devront attendre trois mois après le traitement avant de donner leur sang.

Les personnes atteintes de chlamydia, de verrues vénériennes ou d’herpès génital peuvent donner leur sang si elles se sentent bien à ce moment-là.

Autres facteurs

Les personnes qui ne se sentent pas bien, qui ont de la fièvre ou qui présentent des symptômes d’infection peuvent également devoir attendre avant de donner leur sang.

Il peut s’agir d’un rhume accompagné d’une toux qui produit des mucosités ou d’allergies qui rendent difficile la respiration par la bouche.

Les femmes enceintes ne peuvent pas non plus donner leur sang et devront attendre 6 semaines après l’accouchement avant de le faire.

Les personnes devront également avoir un taux de fer suffisant pour donner du sang. Avant de donner son sang, une personne subira un test d’hémoglobine, une protéine de l’organisme qui contient du fer. Le fer est un minéral important, car il aide à reconstituer les globules rouges après le don.

Si une personne n’a pas le taux d’hémoglobine requis, elle devra peut-être attendre que son taux de fer augmente avant de faire un don.

Tatouages et piercings

Si une personne a un tatouage ou un piercing, cela peut affecter le moment où elle peut donner du sang en raison du risque d’hépatite qui y est associé.

Pour pouvoir donner du sang avec un tatouage, les personnes devront s’assurer qu’elles se sont fait tatouer dans un centre de tatouage réglementé par l’État.

Le tatoueur doit avoir utilisé des aiguilles stériles et de l’encre fraîche. Si un tatouage répond à ces critères, la personne peut donner son sang immédiatement après l’avoir fait.

Les personnes ayant des piercings peuvent donner leur sang à condition que les instruments utilisés par le perceur soient à usage unique et jetables. Si le perceur a utilisé du matériel réutilisable ou si la personne n’est pas sûre de ce qu’il a utilisé, elle devra attendre 3 mois avant de donner son sang.

Voyages

Les voyages à l’étranger ont également une incidence sur le moment où une personne peut donner du sang. Si une personne a voyagé ou vécu dans un pays où il existe un risque de malaria, elle devra attendre avant de donner son sang.

Selon la Croix-Rouge américaine, les délais sont les suivants :

  • Si une personne a reçu un traitement contre le paludisme, elle devra attendre 3 ans.
  • Si une personne revient d’un pays à risque de paludisme, elle devra attendre 3 mois.
  • Si une personne a vécu dans un pays à risque de paludisme pendant plus de 5 ans, elle devra attendre 3 ans.
  • Si une personne a voyagé dans un pays à risque et n’a pas vécu pendant 3 années consécutives dans un pays sans risque de paludisme, elle devra attendre 3 années supplémentaires.

Si une personne a voyagé en dehors des États-Unis ou du Canada, le personnel du centre de transfusion sanguine examinera les détails pour vérifier qu’elle peut donner du sang.

Résumé

En donnant du sang, les gens peuvent contribuer à sauver des vies. Cependant, il faut être conscient de certains facteurs qui peuvent influer sur la fréquence à laquelle on peut donner du sang.

Avant de donner son sang, une personne doit remplir un formulaire fournissant certains détails, tels que ses antécédents médicaux. Cela permet de s’assurer que le sang donné est sûr et peut aider efficacement d’autres personnes.

Dans certains cas, une personne devra attendre un certain temps avant de pouvoir donner son sang. Les personnes devront également laisser un certain temps entre les dons, en fonction du type de don qu’elles choisissent.