Le syndrome d’Alice au pays des merveilles est une affection neurologique désorientante qui provoque des troubles de la perception.

Un autre nom pour le syndrome d’Alice au pays des merveilles (AIWS) est le syndrome de Todd. Il s’agit d’une affection rare qui modifie temporairement la façon dont le cerveau perçoit les choses.

Un psychiatre anglais, John Todd, a nommé ce syndrome en 1955. Le nom vient du livre de Lewis Carroll, Alice’s Adventures in Wonderland, dans lequel la protagoniste, Alice, vit des situations similaires à celles qui se produisent avec cette maladie.

L’AIWS peut toucher des personnes de tout âge, mais les recherches suggèrent qu’il se manifeste principalement chez les enfants et les adolescents.

Dans cet article, nous expliquons ce qu’est le SAPI, ses symptômes et ses causes, ainsi que les options de traitement disponibles.

Qu’est-ce que c’est ?

Le SAPI peut affecter la façon dont une personne perçoit:

  • la vue
  • l’ouïe
  • le toucher
  • la sensation
  • le temps

Les distorsions visuelles les plus courantes sont la micropsies, dans laquelle une personne voit les objets plus petits qu’ils ne le sont, et la téléopsie, dans laquelle les objets semblent plus éloignés qu’ils ne le sont en réalité.

Il existe trois grandes catégories de SAPI, qui diffèrent selon le type de trouble de la perception.

Vous pouvez être intéressé :

Ces catégories sont les suivantes :

  • Le type A, où les troubles sont somesthésiques, ou sensoriels.
  • Le type B, qui affecte les sens visuels
  • le type C, qui est un mélange des types A et B.

Les auteurs d’un article de 2016 précisent que le type A correspond à la définition originale du SAPI, qui implique que les personnes ont l’impression que les parties de leur corps changent de taille.

Le type B provoque davantage de distorsions visuelles de l’environnement proche.

Une personne atteinte du SAPI de type B peut présenter :

  • une micropsies, où les objets semblent trop petits
  • une macropsiesie, où les objets paraissent trop gros
  • une métamorphopsie, où les aspects des formes, tels que la hauteur et la largeur, semblent inexacts
  • la pelopsie, lorsque les objets semblent trop proches
  • la téléopsie, lorsque les objets semblent plus éloignés qu’ils ne le sont.

Une personne atteinte du SAPI de type C peut percevoir à la fois l’image de son propre corps et celle des autres personnes ou des objets qui l’entourent comme étant en train de changer.

Selon une étude réalisée en 2012, les cas de type B sont plus nombreux chez les jeunes individus et les cas de type C chez les adultes.

Symptômes

Les symptômes du SAPI dépendent de son type et de la personne qu’il affecte.

Ils peuvent inclure

  • une image corporelle déformée
  • une altération de la perception du temps
  • métamorphopsie
  • perception déformée de la taille

Les symptômes qui accompagnent un épisode peuvent inclure:

  • des symptômes fébriles
  • des épisodes de migraine
  • des crises d’épilepsie qui n’affectent qu’une partie du cerveau.
Vous pouvez être intéressé :

Causes

Selon une étude de 2016, les causes les plus fréquentes du SAPI semblent être les migraines et les infections par le virus d’Epstein-Barr.

Parmi les autres maladies infectieuses susceptibles de provoquer le SAPI, citons :

  • le virus de la grippe A
  • mycoplasme
  • le virus de la varicelle et du zona
  • la neuroborréliose de Lyme
  • l’encéphalopathie typhoïde
  • streptococcus pyogenes, également connu sous le nom de scarlatine et d’amygdalite.

Les autres causes peuvent inclure

  • des lésions cérébrales
  • médicaments
  • des troubles psychiatriques
  • épilepsie
  • accident vasculaire cérébral

Selon une étude de cas de 2014, les tumeurs cérébrales peuvent provoquer un syndrome d’alcoolisation fœtale temporaire.

Un traumatisme crânien peut également être une cause possible.

Traitement et prise en charge

Le traitement du SAPI dépend de la cause sous-jacente.

Si la migraine est à l’origine de l’affection, les médecins peuvent suggérer de gérer la migraine par un régime alimentaire et des médicaments préventifs. En revanche, si l’épilepsie est à l’origine des symptômes, le médecin peut prescrire des antiépileptiques. Si une infection est responsable, ils peuvent proposer des agents antiviraux.

Selon une revue systématique de 2016, les médecins prescrivent rarement des antipsychotiques car, malgré la nature du syndrome, il n’y a pas de psychose dans le SAPI.

Les antipsychotiques peuvent également augmenter les risques d’activité épileptique, ce qui pourrait aggraver l’état de la personne.

Diagnostic

Il n’existe pas de critères formellement établis pour diagnostiquer le SIDA, et l’éventail des symptômes potentiels est large.

Pour diagnostiquer le SAPI, le médecin examine les symptômes de la personne concernée de manière à ce qu’elle se sente à l’aise.

Le médecin peut ensuite rechercher les causes de chaque symptôme et évaluer comment ils sont liés entre eux.

Les tests permettant de diagnostiquer le SAPI peuvent inclure

  • une consultation neurologique et psychiatrique pour évaluer l’état mental
  • des analyses sanguines de routine
  • une IRM pour obtenir une image du cerveau
  • une électroencéphalographie (EEG), qui teste l’activité électrique du cerveau et peut aider les médecins à identifier l’épilepsie.
  • évaluations supplémentaires

Quand consulter un médecin

Une personne doit consulter un médecin si elle présente l’un des symptômes ci-dessus, même si les épisodes sont courts.

Un médecin peut trouver une cause sous-jacente qui n’était pas claire auparavant. L’identification d’une cause permettra de réduire plus facilement la gravité des symptômes.

Perspectives

Le syndrome d’alcoolisation fœtale peut être inconfortable, mais il se résout de lui-même sans autres complications dans près de deux tiers des cas.

Résumé

Le syndrome d’Alice au pays des merveilles est une maladie rare qui entraîne une désorientation et une distorsion de la perception.

Il se caractérise par une perturbation de la façon dont une personne perçoit ses sens et son image corporelle, les autres choses qui l’entourent ou le temps qui passe. Ce syndrome touche principalement les enfants, mais les symptômes peuvent apparaître à tout moment de la vie.

Le traitement n’est pas direct mais repose sur l’identification et le traitement des causes sous-jacentes.

Les critères de diagnostic restent flous, car les chercheurs ne comprennent pas encore de nombreux aspects du syndrome. Ils doivent mener d’autres études avant de pouvoir déterminer si un traitement direct et efficace est possible.