Le système nerveux autonome est un réseau complexe de cellules qui contrôle l’état interne de l’organisme. Il régule et soutient de nombreux processus internes différents, souvent en dehors de la conscience d’une personne.

Cet article explique le système nerveux autonome, ou SNA, comment il fonctionne et les troubles qui peuvent affecter son fonctionnement.

Anatomie

Le système nerveux est un ensemble de cellules qui envoient et reçoivent des signaux électriques et chimiques dans tout le corps.

Le système nerveux se compose de deux parties principales :

  • Le système nerveux central: Il est constitué du cerveau et de la moelle épinière.
  • Le système nerveux périphérique: Il contient tous les neurones situés à l’extérieur du système nerveux central.

Le système nerveux autonome fait partie du système nerveux périphérique. Il s’agit d’un ensemble de neurones qui influencent l’activité de nombreux organes différents, dont l’estomac, le cœur et les poumons.

Au sein du SNA, il existe deux sous-systèmes dont les effets sont généralement opposés :

  • Le système nerveux sympathique (SNS): Les neurones du SNS préparent généralement le corps à réagir à un élément de son environnement. Par exemple, le SNS peut augmenter le rythme cardiaque pour préparer une personne à fuir un danger.
  • Le système nerveux parasympathique (SNP): Les neurones parasympathiques régulent principalement les fonctions corporelles lorsqu’une personne est au repos.

Vous pouvez être intéressé :

Fonction

Le système nerveux régule l’environnement interne de l’organisme. Il est essentiel au maintien de l’homéostasie.

L’homéostasie désigne les conditions relativement stables et équilibrées à l’intérieur du corps qui sont nécessaires au maintien de la vie. Voici quelques-unes des conditions que l’homéostasie régule :

  • la température corporelle
  • la pression sanguine
  • le rythme cardiaque
  • la respiration
  • le métabolisme
  • taux de glucose dans le sang
  • taux d’acidité du sang
  • l’eau et les électrolytes
  • la digestion

Le système nerveux central reçoit des informations de l’environnement et d’autres parties du corps et régule l’activité des organes en conséquence.

Le système nerveux central est également impliqué dans les fonctions corporelles suivantes :

  • la production de fluides corporels, comme la sueur
  • la miction
  • les réponses sexuelles

L’une des fonctions essentielles du système nerveux autonome est de préparer le corps à l’action par le biais de la réaction de « combat ou de fuite ».

Si l’organisme perçoit une menace dans l’environnement, les neurones sympathiques du système nerveux autonome réagissent en

  • augmentant le rythme cardiaque
  • élargissant les voies respiratoires pour faciliter la respiration
  • libérant l’énergie stockée
  • en augmentant la force des muscles
  • ralentissant la digestion et d’autres processus corporels qui sont moins importants pour agir.

Ces changements préparent le corps à réagir de manière appropriée à une menace dans l’environnement.

Facteurs qui influencent le fonctionnement du système

La réaction de lutte ou de fuite du système nerveux autonome a évolué pour protéger l’organisme des dangers qui l’entourent. Cependant, de nombreux aspects stressants de la vie quotidienne peuvent également déclencher cette réponse.

Vous pouvez être intéressé :

En voici quelques exemples

  • le stress lié au travail
  • préoccupations financières
  • problèmes relationnels

Le stress chronique peut amener le système nerveux autonome à déclencher la réaction de lutte ou de fuite sur de longues périodes. Cette persistance finit par nuire à l’organisme.

Certains médicaments peuvent également affecter le fonctionnement du SNA. En voici quelques exemples

  • la caféine
  • la phényléphrine, que les médecins utilisent pour traiter la pression artérielle basse, ou hypotension
  • la clonidine, que les médecins utilisent pour traiter la pression artérielle élevée, ou hypertension
  • l’albutérol, qui aide à détendre les spasmes des voies respiratoires pendant une crise d’asthme aiguë
  • les bêta-bloquants esmolol et labétalol.

Les troubles autonomes et leurs causes

Les troubles autonomes affectent le fonctionnement du système nerveux autonome. Ils peuvent parfois survenir à la suite des facteurs suivants :

  • le vieillissement
  • des lésions des neurones du SNA
  • des lésions de certaines parties du cerveau

Certaines conditions médicales peuvent également affecter le système nerveux autonome. Voici quelques causes courantes de troubles autonomes

  • le diabète
  • trouble des nerfs périphériques
  • la maladie de Parkinson

Les causesmoins fréquentes de troubles du système nerveux autonome sont les suivantes

  • atrophie du système multiple (MSA)
  • troubles de la moelle épinière
  • le syndrome de Lambert-Eaton
  • botulisme
  • les infections virales
  • lésions des nerfs du cou

Symptômes des troubles du système nerveux autonome

Les troubles autonomes peuvent provoquer un large éventail de symptômes, notamment

  • des vertiges et des étourdissements dus à l’hypotension orthostatique (OH), qui est une baisse importante de la pression artérielle lorsque l’on se lève après être resté assis
  • une diminution ou une absence de transpiration, entraînant une intolérance à la chaleur
  • sécheresse des yeux et de la bouche
  • problèmes digestifs
  • nausées
  • vomissements
  • constipation
  • difficultés à uriner
  • dysfonctionnement érectile
  • pupilles moins réactives à la lumière

Quand consulter un médecin

Les troubles du système nerveux autonome peuvent être graves. Les personnes qui présentent les symptômes d’un trouble autonome doivent consulter un médecin pour obtenir un diagnostic complet.

Il est particulièrement important de parler à un médecin pour les personnes souffrant de diabète ou d’autres maladies qui peuvent augmenter la probabilité de troubles autonomes.

Tests

Pour diagnostiquer la cause des symptômes du SNA, un médecin commencera par évaluer les antécédents médicaux de la personne afin de détecter les facteurs de risque.

Il peut également demander un ou plusieurs des tests suivants :

  • Destests pour détecter l’hypotension orthostatique: Un médecin peut mesurer l’OH en utilisant un test de table basculante. Dans ce test, une personne est allongée sur un lit qui incline son corps à différents angles pendant qu’une machine enregistre sa fréquence cardiaque et sa pression artérielle.
  • Électrocardiogramme: Cet examen mesure l’activité électrique du cœur.
  • Test de la sueur: Ce test permet de déterminer si les glandes sudoripares fonctionnent correctement. Un médecin utilise des électrodes pour stimuler les glandes sudoripares et mesure le volume de sueur qu’elles produisent en réponse au stimulus.
  • Test de réflexe lumineux pupillaire: Ce test mesure la sensibilité des pupilles aux changements de lumière.

Résumé

Le SNA régule les organes internes afin de maintenir l’homéostasie ou de préparer le corps à l’action. La branche sympathique du SNA est responsable de la stimulation de la réaction de combat ou de fuite. La branche parasympathique a l’effet inverse et aide à réguler le corps au repos.

Les troubles autonomes ont de nombreuses causes différentes. Ils peuvent survenir comme une conséquence naturelle du vieillissement ou à la suite d’une lésion de certaines parties du cerveau ou du SNA. Ils peuvent également résulter d’un trouble sous-jacent, comme le diabète ou la maladie de Parkinson.

Une personne doit consulter un médecin si elle présente des symptômes d’un éventuel trouble du système nerveux autonome. Le médecin s’efforcera de diagnostiquer la cause des symptômes et de prescrire les traitements appropriés.