La pollution atmosphérique semble causer ou contribuer à une variété de problèmes de santé. Les effets de la pollution atmosphérique sur la santé d’une personne peuvent aller de légères difficultés respiratoires à de graves problèmes cardiovasculaires, notamment des maladies cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux.

Les gaz et particules nocifs présents dans l’air proviennent de diverses sources, notamment les gaz d’échappement des véhicules, la fumée de la combustion du charbon ou du gaz et la fumée du tabac.

Il existe des moyens de limiter les effets de la pollution atmosphérique sur la santé, par exemple en évitant les zones à forte circulation. Cependant, un changement significatif repose sur l’amélioration de la qualité de l’air à l’échelle mondiale.

Dans cet article, nous examinons comment la pollution atmosphérique peut affecter la santé d’une personne.

Qu’est-ce que la pollution atmosphérique ?

La pollution atmosphérique est constituée de petites particules qui peuvent être naturelles ou artificielles.

L’éventail des polluants possibles signifie que la pollution atmosphérique peut affecter les personnes à l’extérieur comme à l’intérieur.

La pollution de l’air extérieur se compose de

  • des particules provenant de la combustion du charbon et du gaz
  • des gaz nocifs, tels que les oxydes d’azote ou le dioxyde de soufre
  • la fumée de tabac
  • l’ozone troposphérique.

La pollution de l’air intérieur se compose de

  • les produits chimiques ménagers
  • Vous pouvez être intéressé :
  • des gaz nocifs, tels que le monoxyde de carbone ou le radon
  • les matériaux de construction, tels que le plomb ou l’amiante
  • le pollen
  • les moisissures
  • la fumée de tabac.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les polluants qui présentent le plus grand risque pour la santé d’une personne sont

  • les matières particulaires (polluants particulaires), qui comprennent des solides en suspension et des gouttelettes de liquide
  • le dioxyde d’azote
  • le dioxyde de soufre
  • l’ozone

Exposition à court terme

L’exposition à court terme à la pollution atmosphérique, telle que l’ozone troposphérique, peut affecter le système respiratoire, car la majorité des polluants pénètrent dans l’organisme par les voies respiratoires d’une personne.

L’exposition à court terme à la pollution atmosphérique peut entraîner des infections respiratoires et une réduction de la fonction pulmonaire. Elle peut également aggraver l’asthme chez les personnes atteintes de cette maladie.

L’exposition au dioxyde de soufre peut provoquer des lésions des yeux et des voies respiratoires, ainsi qu’une irritation de la peau.

Exposition à long terme

La recherche sur les problèmes de santé à long terme que la pollution de l’air peut causer se poursuit. Des recherches ont établi un lien entre la pollution atmosphérique et de graves problèmes de santé, des résultats défavorables à la naissance et même des décès prématurés.

Maladie pulmonaire obstructive chronique

L’exposition aux polluants particulaires peut provoquer une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Selon l’OMS, la pollution atmosphérique est à l’origine de 43 % des cas et des décès de BPCO dans le monde.

La BPCO est un groupe de maladies qui provoquent des difficultés respiratoires, comme l’emphysème et la bronchite chronique. Ces maladies bloquent les voies respiratoires et rendent la respiration difficile.

Il n’existe pas de remède à la BPCO, mais un traitement peut contribuer à réduire les symptômes et à améliorer la qualité de vie.

Le cancer du poumon

Selon l’OMS, la pollution atmosphérique est à l’origine de 29 % de l’ensemble des cas de cancer du poumon et des décès.

Les polluants particulaires sont susceptibles de contribuer de manière significative à ce chiffre, car leur petite taille leur permet d’atteindre les voies respiratoires inférieures.

Les maladies cardiovasculaires

Les recherches montrent que le fait de vivre dans une zone où les niveaux de pollution atmosphérique sont élevés peut augmenter le risque de décès par accident vasculaire cérébral. La pollution atmosphérique peut déclencher des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques.

Une revue de 2018 note que l’étude sur la charge mondiale de morbidité a estimé que la pollution atmosphérique était responsable de 19 % des décès cardiovasculaires en 2015. Elle était également à l’origine d’environ 21 % des décès dus à un accident vasculaire cérébral et de 24 % des décès dus à une maladie coronarienne.

Accouchement prématuré

Selon une recherche qui a été publiée dans l’International Journal of Environmental Research and Public Health, l’exposition à l’air pollué peut rendre les femmes enceintes plus susceptibles de connaître un accouchement prématuré.

Les chercheurs ont constaté que le risque d’accouchement prématuré diminuait avec la réduction de l’exposition.

Vous pouvez être intéressé :

Effets sur la santé de polluants spécifiques

Selon des recherches menées par le Centre international de recherche sur le cancer, la pollution de l’air extérieur est cancérigène, c’est-à-dire qu’elle peut provoquer un cancer.

L’air pollué contient des particules et des substances chimiques distinctes, dont chacune a un effet différent sur la santé.

Polluants particulaires

Les polluants particulaires consistent en une combinaison de différentes particules dans l’air.

En raison de leur petite taille, ces particules peuvent atteindre les poumons et augmenter le risque de maladies pulmonaires et cardiaques.

Elles peuvent également provoquer une aggravation des symptômes chez les personnes asthmatiques.

L’ozone troposphérique

Les polluants réagissent avec la lumière du soleil pour créer de l’ozone troposphérique. Le smog est composé en grande partie d’ozone et constitue un déclencheur clé des symptômes de l’asthme.

Le monoxyde de carbone

Selon un article de 2016, si les niveaux de monoxyde de carbone sont inférieurs à 2 %, ce gaz ne semble pas affecter la santé d’une personne.

En revanche, si les niveaux sont supérieurs à 40 %, le monoxyde de carbone peut être fatal.

Les symptômes d’une intoxication au monoxyde de carbone peuvent être les suivants :

  • faiblesse
  • des étourdissements
  • douleurs thoraciques
  • vomissements
  • confusion
  • un mal de tête

Si une personne pense être victime d’une intoxication au monoxyde de carbone, elle doit se rendre dans un endroit où l’air est frais et demander une aide médicale immédiate.

Dioxyde de soufre

Le dioxyde de soufre est un sous-produit de la combustion de combustibles fossiles, tels que le charbon et le pétrole.

Il peut provoquer une irritation des yeux et rendre une personne plus vulnérable aux infections des voies respiratoires, ainsi qu’aux maladies cardiovasculaires.

Le dioxyde d’azote

Le dioxyde d’azote est présent dans les émissions de gaz d’échappement des véhicules. Les appareils de chauffage et les poêles à gaz et à kérosène produisent également de grandes quantités de ce gaz.

L’exposition au dioxyde d’azote peut entraîner des infections respiratoires. En général, l’inhalation de dioxyde d’azote provoque une respiration sifflante ou une toux, mais elle peut aussi entraîner des maux de tête, une irritation de la gorge, des douleurs thoraciques et de la fièvre.

Comment réduire l’exposition ?

Les gens peuvent réduire leur exposition aux polluants atmosphériques en limitant le temps qu’ils passent dans des zones où la qualité de l’air est mauvaise. Il est important d’être conscient des polluants atmosphériques possibles, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur.

Pollution de l’air extérieur

Les pouvoirs publics, les entreprises et les particuliers peuvent tous contribuer à réduire la pollution atmosphérique. La réduction des émissions des véhicules et des niveaux de polluants dans l’atmosphère peut améliorer la qualité de l’air.

Une personne peut également vérifier la qualité actuelle de l’air en utilisant le site web AirNow. Ce service gouvernemental surveille la qualité de l’air dans tous les États-Unis.

Le site fournit des informations sur les niveaux de pollution atmosphérique, qu’il code en couleur en fonction de leur effet potentiel sur la santé. Si la cote est orange ou supérieure, les gens peuvent aider à protéger leur santé en

  • en évitant de marcher le long de routes très fréquentées
  • faire de l’exercice moins longtemps à l’extérieur ou utiliser un lieu intérieur à la place
  • rester à l’intérieur jusqu’à ce que la qualité de l’air s’améliore.

Pollution de l’air intérieur

Une personne peut réduire la pollution de l’air intérieur en s’assurant que les bâtiments sont propres et ventilés.

La poussière, les moisissures et le pollen peuvent tous augmenter le risque de problèmes respiratoires.

Le radon peut s’accumuler dans les maisons construites sur des terrains contenant des gisements d’uranium. Le radon peut provoquer un cancer du poumon.

Une personne peut vérifier la présence de radon dans son habitation en utilisant un kit de test de radon. Elle peut également faire appel à un professionnel pour effectuer cette mesure à sa place.

Les kits de test de radon sont disponibles dans les magasins et en ligne.

Une personne peut utiliser un détecteur de monoxyde de carbone pour surveiller les niveaux de monoxyde de carbone dans sa maison ou sur son lieu de travail.

Les détecteurs de monoxyde de carbone sont disponibles dans le commerce et en ligne.

Résumé

La pollution atmosphérique peut être dangereuse pour la santé d’une personne. Elle peut provoquer des troubles respiratoires et cardiovasculaires.

Une personne peut réduire la probabilité de problèmes de santé en vérifiant la qualité de l’air dans sa région et en étant consciente de tout problème de santé existant.

Le monoxyde de carbone peut être mortel. Si une personne pense être victime d’une intoxication au monoxyde de carbone, elle doit aller à l’air frais et demander immédiatement une aide médicale.