La thanatophobie est une forme d’anxiété caractérisée par une peur de sa propre mort ou du processus de la mort. Elle est communément appelée anxiété de mort.

L’anxiété de mort n’est pas définie comme un trouble distinct, mais elle peut être liée à d’autres troubles dépressifs ou anxieux. Il s’agit notamment de :

  • le syndrome de stress post-traumatique ou SSPT
  • les troubles paniques et les attaques de panique
  • les troubles anxieux liés à la maladie, autrefois appelés hypocondrie.

La thanatophobie est différente de la nécrophobie, qui est une peur générale des choses mortes ou mourantes, ou des choses associées à la mort.

Dans cet article, nous examinons de près la thanatophobie, ou anxiété de la mort, afin d’explorer les symptômes, les causes et les traitements de cette peur.

Qu’est-ce que la thanatophobie ?

En grec, le mot « Thanatos » fait référence à la mort et « phobos » signifie « peur ». Ainsi, la thanatophobie se traduit par la peur de la mort.

Le fait d’éprouver une certaine anxiété face à la mort est un aspect tout à fait normal de la condition humaine. Cependant, pour certaines personnes, penser à leur propre mort ou au processus de mort peut provoquer une anxiété et une peur intenses.

Une personne peut ressentir une anxiété et une peur extrêmes lorsqu’elle considère que la mort est inévitable. Elle peut également ressentir

  • la peur de la séparation
  • la peur de faire face à une perte
  • l’inquiétude de laisser des êtres chers derrière elle
  • Vous pouvez être intéressé :

Lorsque ces peurs persistent et interfèrent avec la vie et les activités quotidiennes, on parle de thanatophobie.

Dans leur forme la plus extrême, ces sentiments peuvent empêcher les personnes de mener leurs activités quotidiennes ou même de quitter leur domicile. Leurs craintes sont centrées sur des choses qui pourraient entraîner la mort, comme la contamination ou des objets ou personnes dangereux.

Symptômes et diagnostic

Les médecins ne classent pas la thanatophobie comme une affection distincte, mais elle peut être classée comme une phobie spécifique.

Selon le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux(DSM-5), une phobie est un trouble anxieux lié à un objet ou une situation spécifique.

La peur de la mort est considérée comme une phobie si cette peur :

  • survient presque chaque fois qu’une personne pense à la mort
  • persiste pendant plus de 6 mois
  • entrave la vie quotidienne ou les relations.

Les principaux symptômes indiquant qu’une personne peut souffrir de phobie de la mort sont les suivants :

  • une peur ou une anxiété immédiate lorsqu’on pense à la mort ou au processus de la mort
  • crises de panique pouvant entraîner des étourdissements, des bouffées de chaleur, des sueurs et un rythme cardiaque élevé ou irrégulier
  • évitement des situations où il est nécessaire de penser à la mort ou au processus de mort
  • des nausées ou des maux d’estomac lorsqu’on pense à la mort ou au processus de mort
  • des sentiments généraux de dépression ou d’anxiété.

Les phobies peuvent amener une personne à se sentir isolée et à éviter tout contact avec ses amis et sa famille pendant de longues périodes.

Les symptômes peuvent apparaître et disparaître au cours de la vie d’une personne. Une personne souffrant d’une légère angoisse de mort peut ressentir une anxiété accrue lorsqu’elle pense à sa propre mort ou à celle d’un être cher, par exemple lorsqu’elle ou un membre de sa famille est gravement malade.

Si l’angoisse de la mort est liée à un autre trouble anxieux ou dépressif, la personne peut également présenter des symptômes spécifiques liés aux conditions sous-jacentes.

Causes et types de thanatophobie

Si la thanatophobie est définie comme une peur générale de la mort, il existe de nombreux types et causes de cette anxiété, et les particularités de ce sur quoi une personne se concentre peuvent varier.

Les phobies sont souvent déclenchées par un événement spécifique dans le passé, bien que la personne ne se souvienne pas toujours de cet événement. Les déclencheurs particuliers de la thanatophobie pourraient inclure un événement traumatique précoce lié à la quasi-mort ou à la mort d’un être cher.

Une personne atteinte d’une maladie grave peut souffrir de thanatophobie parce qu’elle est anxieuse à l’idée de mourir, bien qu’il ne soit pas nécessaire d’être en mauvaise santé pour ressentir cette anxiété. Au contraire, elle est souvent liée à une détresse psychologique.

L’expérience de l’angoisse de la mort peut varier en fonction de facteurs individuels. Il s’agit notamment des facteurs suivants

  • L’âge. Une étude de 2017 suggère que les adultes plus âgés craignent le processus de mort, tandis que les personnes plus jeunes craignent plus souvent la mort elle-même.
  • Lesexe. Selon une étude de 2012, les femmes étaient plus susceptibles que les hommes de craindre la mort de leurs proches et les conséquences de leur décès.
  • Vous pouvez être intéressé :

Les professionnels de la médecine établissent un lien entre l’anxiété liée à la mort et toute une série de problèmes de santé mentale, notamment les troubles dépressifs, le syndrome de stress post-traumatique et les troubles anxieux.

La thanatophobie peut être liée à :

Les phobies spécifiques

L’anxiété liée à la mort est associée à une série de phobies spécifiques. Les objets les plus courants des phobies sont des choses qui peuvent causer du tort ou la mort, notamment les serpents, les araignées, les avions et les hauteurs.

Troubles paniques

La peur de mourir joue un rôle dans de nombreux troubles anxieux, comme les troubles paniques. Lors d’une attaque de panique, les personnes peuvent ressentir une perte de contrôle et une peur intense de la mort ou d’un destin imminent.

Les troubles anxieux liés à la maladie

L’angoisse de la mort peut être liée aux troubles anxieux liés à la maladie, autrefois connus sous le nom d’hypochondrie. Dans ce cas, une personne a une peur intense de tomber malade et s’inquiète excessivement de sa santé.

Surmonter la thanatophobie

Les réseaux de soutien social peuvent aider à protéger une personne contre l’angoisse de la mort. Certaines personnes peuvent accepter la mort par le biais de croyances religieuses, mais celles-ci peuvent perpétuer la peur de la mort chez d’autres.

Les personnes ayant une bonne estime d’elles-mêmes, une bonne santé et la conviction d’avoir mené une vie satisfaisante sont moins susceptibles d ‘avoir peur de la mort que d’autres.

Un médecin peut recommander à une personne souffrant de thanatophobie de suivre un traitement pour un trouble anxieux, une phobie ou pour une cause sous-jacente spécifique de sa peur.

Le traitement implique une forme de thérapie comportementale ou de thérapie par la parole. Cette thérapie tente d’apprendre à la personne à recentrer ses peurs et à les surmonter en parlant de ses préoccupations.

Les options de traitement de l’anxiété liée à la mort comprennent :

La thérapie cognitivo-comportementale (TCC).

La thérapie cognitivo-comportementale ou TCC consiste à modifier en douceur les schémas comportementaux d’une personne afin qu’elle puisse adopter de nouveaux comportements et modes de pensée.

Un médecin aidera la personne à trouver des solutions pratiques pour surmonter ses sentiments d’anxiété. Il peut travailler à l’élaboration de stratégies qui lui permettent de rester calme et sans crainte lorsqu’elle parle ou pense à la mort.

Psychothérapie

Les psychothérapies, ou thérapies par la parole, consistent à parler de ses anxiétés et de ses peurs avec un psychologue ou un psychothérapeute. Ces professionnels aideront la personne à découvrir la cause de sa peur et à trouver des stratégies pour faire face aux anxiétés qui surviennent dans la journée.

Parfois, le simple fait de parler de l’anxiété peut aider une personne à se sentir plus maître de sa peur.

La thérapie d’exposition

La thérapie d’exposition fonctionne en aidant une personne à faire face à ses peurs. Au lieu d’enfouir ce qu’elle ressent face à la mort ou de ne pas reconnaître ses inquiétudes, la personne est encouragée à s’exposer à ses peurs.

Un thérapeute effectue une thérapie d’exposition en exposant très progressivement la personne à sa peur, dans un environnement sûr, jusqu’à ce que la réaction d’anxiété diminue et que la personne puisse affronter ses pensées, objets ou sentiments sans crainte.

Médicaments

Si les médecins diagnostiquent chez une personne un trouble mental spécifique, tel que le trouble anxieux généralisé (TAG) ou le syndrome de stress post-traumatique (SSPT), ils peuvent prescrire des médicaments contre l’anxiété. Il peut s’agir de bêta-bloquants ou de médicaments antidépresseurs.

Lorsque les gens utilisent des médicaments en même temps que des psychothérapies, ils sont souvent plus efficaces.

Si les médicaments peuvent être bénéfiques en soulageant les sentiments de panique et de stress à court terme, leur utilisation à long terme n’est pas forcément la solution idéale. Il est plus probable que le fait de travailler sur ses peurs dans le cadre d’une thérapie apporte un soulagement à long terme.

Techniques de relaxation

Prendre soin de soi peut être un moyen efficace de renforcer la santé mentale globale, notamment en aidant une personne à se sentir plus à même de faire face à ses angoisses. Éviter l’alcool et la caféine, avoir une bonne nuit de sommeil et avoir un régime alimentaire nutritif sont des façons de prendre soin de soi.

Lorsqu’une personne est anxieuse, des techniques de relaxation spécifiques peuvent l’aider à se vider l’esprit et à désamorcer ses craintes. Ces techniques peuvent inclure

  • faire des exercices de respiration profonde
  • se concentrer sur des objets spécifiques dans la pièce, par exemple en comptant les carreaux du mur

méditer ou se concentrer sur des images positives.

Perspectives

S’il est naturel de s’inquiéter de l’avenir et de celui de ses proches, si l’anxiété liée à la mort persiste pendant plus de 6 mois ou entrave la vie quotidienne, il peut être utile d’en parler à un médecin.

Il existe de nombreuses façons de surmonter sa peur de la mort, et un professionnel de la santé mentale sera en mesure de vous guider et de vous rassurer au cours de ce processus.